mardi 4 avril 2017

Fange | Pourrissoir

          
          Raaahh, ce riff...
          D'emblée, bam, Fange te fait secouer la tête comme tu ne l'avais pas secouée depuis longtemps, dès le premier putain de riff juste après le premier putain de refrain. Le premier refrain qui, d'ailleurs, se permet de réutiliser le riff qui ouvrait déjà l'album précédent, Purge. Souci de continuité ? Fange s'en branle. Flemme d'écrire du neuf ? Certainement pas, Fange est créatif, le fait de sortir 2 albums avec à peine un an d'intervalle en est la preuve. Parce qu'ils avaient envie, et si t'es pas content Fange s'en fout ? Très probablement.
          En attendant, si le fil conducteur entre Purge et Pourrissoir est clairement visible, ce nouveau tas de boue n'est pas sans surprise. Ah, on les pas a vus venir, les branlées noise que sont 'Ultrafrance' et 'Vore', et on les laisse passer en grinçant des dents et en serrant les poings jusqu'au sang.
          Comme ses artworks qui passent des entrailles au sphincter, Fange s'enfonce dans l'extrémisme pas par pas, décortiquant les Calvaiire(s) et les souffrances, de plus en plus grandiloquent mais jamais forcé ni factice. Et on ressort de cette nouvelle purge épuisé et écrasé, "Limés par les flots, blanchis par le ressac".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire